Balade à Saint-Germain des Prés

14352126124_75561a3eb4_b

J’ai suivi aujourd’hui la balade dans le quartier de Saint-Germain des Prés, proposée par la start-up Des Mots et des Arts et animée par une guide historienne de l’art. Au sein d’un groupe d’environ 10 personnes et sous le soleil, les conditions étaient idéales et cette promenade d’1h30 a été une véritable réussite, riche d’enseignements sur la vie artistique locale.

Quartier général des artistes depuis les années 40 jusqu’aux années 70 surtout, St Germain a été en grande partie épargné par les bouleversements de l’époque haussmannienne et a pu garder son atmosphère de village, entre rues étroites et maisons basses en pierre.

Le départ de la balade a lieu Place Saint-Germain, et commence par une présentation des 3 cafés les plus célèbres du quartier, où se réunissait l’élite intellectuelle de l’après-guerre. D’abord les Deux Magots, la café littéraire, où Picasso rencontra sa maîtresse Dora Maar et où l’on pouvait croiser le cinéaste Marcel Carné ou les frères Prévert. Puis le café de Flore bien sûr, repaire des philosophes, où Apollinaire invente le mot « Surréalisme » et dont le couple Sartre / Beauvoir fera plus tard son quartier général. Et enfin la brasserie Lipp, où se réunissait l’élite politique.

20160925_173011
Le café des Deux Magots
20160925_173316
Le café de Flore

La balade continue en longeant l’Eglise Saint-Germain des Prés par la rue de l’Abbaye. L’Eglise est en effet l’un des seuls bâtiments de l’ancienne abbaye Saint-Germain (avec le palais de l’Abbé un peu plus loin dans la rue) à avoir survécu à l’explosion survenue à la Révolution Française, quand l’abbaye était devenue un tribunal révolutionnaire.

20160925_172635
L’Eglise Saint-Germain
20160925_174506.jpg
La sculpture de Picasso en hommage à Apollinaire, dans le square Laurent Prache, sur la gauche de l’Eglise Saint-Germain

Elle bifurque ensuite dans la rue de Furstenberg. Il est vraiment surprenant de déboucher sur une petite place très tranquille, à quelques mètres seulement de l’agitation du Boulevard Saint-Germain. Elle abrite le musée Delacroix, à l’emplacement de l’ancien atelier de l’artiste : un arrêt incontournable pour les élites en visite à Paris au XIXe siècle ! Tout comme les magasins de manuscrits et autographes dans la deuxième partie de la rue, à une époque où l’on s’intéresse de plus en plus à la figure de l’artiste, du créateur, et non plus seulement aux oeuvres elles-mêmes.

20160925_181217
Un ancien magasin d’autographes et manuscrits, dans la rue Furstenberg

La balade se poursuit en remontant la rue Jacob à gauche, puis en empruntant la rue Bonaparte sur la droite (une petite pause chez Ladurée est possible, l’itinéraire passe juste devant !), avant d’arriver au croisement avec la rue Visconti. En continuant, vous arriveriez sur le quai Malaquais, ainsi nommé car la célèbre Reine Margot, première femme d’Henri IV, avait acquis ces terres de façon douteuse… En faisant un bien « mal acquis » !

Mais prenez plutôt la rue Visconti jusqu’à la rue de Seine, à l’angle de laquelle vous apercevrez l’ancien rendez-vous des chansonniers du XVIe siècle, ces esprits libres dont le véritable Cyrano de Bergerac (si bien mis à l’honneur dans la pièce de Rostand) faisait partie. Il s’agit aujourd’hui de la Galerie Parisienne.

20160925_182850
L’étroite rue Visconti, vue depuis la rue de Seine

En tournant dans la rue Jacques Callot, vous passerez devant de nombreuses galeries et devant le café de la Palette, nouveau rendez-vous des artistes et journalistes : l’âme du quartier est donc toujours bien présente dans ces rues, aux détriments des cafés du Boulevard devenus plus touristiques.

20160925_183232
Le café La Palette, à l’angle de la rue de Seine et de la rue Jacques Callot

Enfin, empruntez la rue Mazarine en passant devant la dernière demeure du poète résistant Robert Desnos, puis avancez dans le calme Passage Dauphine. Vous déboucherez devant le 33 rue Dauphine, aujourd’hui un hôtel mais où situait auparavant « Tabou », le plus célèbre club de jazz privé du quartier. Vous pouviez y croiser Juliette Gréco, Boris Vian, Brassens ou Gainsbourg… C’est donc en imaginant l’atmosphère de fête et de scandale qui animait ses lieux que s’achèvera votre balade !

20160925_184024
Le Passage Dauphine, avec la salon de thé « L’heure gourmande » à gauche. Je vous recommande fortement son brunch délicieux !
20160925_184622
L’hôtel d’Aubusson au 33 rue Dauphine, à l’emplacement de l’ancien club de jazz Tabou

N’hésitez pas à visiter le site de Des Mots et Des Arts pour vous inscrire à cette balade organisée régulièrement, ou à d’autres visites dans Paris, expositions guidées ou cours d’histoire de l’art… Les activités proposées sont variées et toutes passionnantes !

carte-balade-st-germain
La carte de la balade

2 réflexions sur “Balade à Saint-Germain des Prés

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s