A la découverte des galeries d’art du Marais à Paris

A l’occasion de la nocturne organisée par l’association Les Jeudis Arty (dont je fais partie !dans 20 galeries du Marais le jeudi 14 juin, j’ai eu la chance de visiter en avant-première 4 galeries participantes. Une jolie balade au fil des rues de ce quartier phare de l’art contemporain à Paris, et surtout de belles découvertes artistiques !

Le point de rendez-vous était fixé chez Empreintes, un splendide concept-store qui vend des objets d’art réalisés à la main dans les ateliers des créateurs français (réunis dans le syndicat « Ateliers d’Art de France »).  Sur 4 étages, des espaces lumineux et scénographiés avec un grand raffinement proposent objets de décoration, luminaires, bijoux… Les pièces sont de qualité et finement réalisées, et il y en a pour tous les budgets. J’ai dû me retenir de faire quelques achats impulsifs ! Un très beau lieu qui vaut la peine d’être découvert, et un excellent point de départ pour arpenter le Marais et ses galeries.

20180531_105229
Vue du concept-store Empreintes, 5 rue de Picardie, 75003 Paris
20180531_104905
Vue du concept-store Empreintes, 5 rue de Picardie, 75003 Paris

 

Galerie Pierre-Yves Caër

On commence par la galerie Pierre-Yves Caër, qui est toute jeune puisqu’elle a ouvert en octobre 2017. Sa particularité est d’être entièrement dédiée à l’art japonais contemporain. Le galeriste Pierre-Yves Caër a vécu au Japon, où il a commencé à collectionner des oeuvres japonaises. Il nous a expliqué qu’étonnamment peu de galeries parisiennes exposent des artistes japonais contemporains. Son projet de galerie a donc mûri peu à peu, porté par la volonté de donner une visibilité à des artistes japonais aguerris mais jusque là privés d’espace d’expression en France.

20180531_112922
Don’t stop me – Rieko Koga

L’exposition actuelle est consacrée à Rieko Koga, artiste textile à l’oeuvre poétique à fleur de peau. Hypersensible, elle utilise l’art pour canaliser ses émotions. Elle réalise ses œuvres sans préparation préalable, de façon complètement spontanée. Rieko Koga tire son inspiration de la manufacture de tissus près de laquelle elle a grandi et où elle regardait travailler les femmes aux gestes répétitifs. À côté se trouvaient des temples bouddhistes : elle a ainsi associé les gestes mécaniques de la broderie à une forme de prière.

La pièce maîtresse de l’exposition, Passé Présent Futur, est un grand drap brodé de fil noir, qui a mis 1 an à être réalisé. Son motif principal peut être interprété de différentes façons : c’est à la fois une graine qui éclot et qui essaime sur le monde, mais aussi une représentation de l’artiste elle-même en train de dormir dans la position du fœtus. Elle semble murmurer dans son sommeil, mais les signes brodés sur le tissu ne sont pas en japonais. Il s’agit en fait d’un langage inventé par l’artiste, pour évoquer des paroles intimes et mystérieuses.

20180531_113143
Passé, Présent, Futur – Rieko Koga

L’œuvre Un fil immaculé, sur un drap en forme de drapeau, est brodée de fils horizontaux évoquant les œuvres à venir de Rieko Koga. Très marquée par la catastrophe de 2011 au Japon et consciente que la vie peut s’arrêter à tout instant, elle travaille beaucoup pour laisser une trace. 54 petites œuvres émaillent aussi le mur du fond de la première salle de la galerie : figuratives ou non, elles sont toujours très poétiques et parlent à notre imagination.

20180531_113153
A gauche : Un fil immaculé – Rieko Koga

20180531_113122

Entre les deux salles de l’exposition, un drap d’un mètre de large mais très long est suspendu lâchement au plafond. Réalisé pour une exposition collective sur le thème du  livre en 2010, l’artiste y a semé des questions existentielles. Elle évoque ainsi le livre qu’elle aimerait lire, ce livre qui lui donnerait les clés de son avenir.

20180531_113045

Dans la salle du fond, on découvre des draps suspendus sur des cordes à linge, comme des vêtements mis à sécher. La pièce brodée du mot « Paix » a été réalisée après les attentats de Paris. Quant à Don’t stop me, elle est une réponse aux critiques qui dénigraient son travail en disant que ce n’était pas de l’art. Les trous dans le drap expriment sa frustration de ne pas être reconnue comme artiste à part entière. Les lignes brodées qu’elle égrène imitent des traits de pinceau ou de crayon, tentative illusionniste pour se faire accepter.
Une exposition émouvante, toute en délicatesse, à découvrir jusqu’au 16 juin.

20180531_113032

Informations pratiques :

  • Galerie Pierre-Yves Caër, exposition Rieko Koga du 17 mai au 16 juin 2018
  • 7 rue Notre-Dame de Nazareth, 75003 Paris
  • Du mardi au samedi, de 11h à 19h30

 

Galerie Editions Dilecta

Maintenant direction les Éditions Dilecta. Avant tout maison d’édition de livres d’art, les Éditions Dilecta ont aussi un espace galerie, qui propose des accrochages rétrospectifs. En partenariat avec les Archives Klein, la maison expose en ce moment plusieurs œuvres d’Yves Klein, notamment le fameux Journal d’un seul jour (1960). Ce journal, créé, imprimé et distribué par l’artiste, a constitué une véritable performance. Klein y a décliné en différents articles sa vision du monde et de l’art. Plusieurs exemplaires ont été retrouvés par hasard dans un carton par ses ayants-droit, et figurent maintenant en bonne place dans la galerie.

20180531_114954
Journal d’un seul jour – Yves Klein

Les Éditions travaillent aussi beaucoup sur des catalogues d’exposition. Pour certains d’entre eux, une œuvre soigneusement choisie est exposée dans la galerie et généralement vendue en édition limitée. Ainsi le catalogue de l’exposition de Rina Banerjee au musée Guimet en 2011 a été édité par les Éditions Dilecta, puis l’un de ses dessins a été reproduit et vendu en édition limitée à 30 exemplaires. On retrouve aussi exposée dans la galerie une série de photos tirées du livre All you can eat de Théo Mercier.

20180531_114945

J’ai surtout beaucoup aimé l’aquarelle de Lee Ufan, exposée en lien avec la parution de son livre en 2016. Représenté par la prestigieuse galerie Kamel Mennour,  l’artiste a publié des poèmes accompagnés d’aquarelles. L’une d’entre elles a donc été sélectionnée et tirée à 50 exemplaires en lithographie.

20180531_114914
Au gauche : aquarelle de Lee Ufan

Les Éditions Dilecta développent ainsi de nombreux projets avec les artistes, sans toutefois les représenter. Elles travaillent par contre main dans la main avec les galeristes de ces artistes. Leur travail d’édition de multiples (une œuvre en plusieurs exemplaires) a beaucoup de succès car les collectionneurs peuvent ainsi se payer des œuvres de grands artistes à des prix abordables.
Un modèle très original donc pour cette maison d’édition / galerie, qu’il est intéressant de découvrir à la fois pour ses livres et pour ses œuvres exposées.

Informations pratiques :

  • Editions Dilecta
  • 49 rue Notre-Dame de Nazareth, 75003 Paris
  • Du mardi au vendredi 10h-12h30 et 14h-19, et le samedi 14h-19h

 

Galerie Catherine Putman

Notre troisième arrêt nous mène à la galerie Catherine Putman. Elle est cachée dans une petite rue, et il faut monter un escalier pour y accéder. Mais on ne le regrette pas ! Son bel espace lumineux abrite actuellement la très belle exposition d’Eloïse van der Heyden, « Private Myths ». Cette artiste née aux Etats Unis, d’origine belge mais travaillant en France expose des œuvres extrêmement délicates. Après l’exposition de Rieko Koga chez Pierre-Yves Caer, on retrouve une poésie évocatrice dans ce travail qui explore notre relation à la nature.

20180531_121814

La plupart des œuvres sont réalisées grâce à une technique d’empreintes directes, notamment ces robes végétalisées. La robe est encrée et imprimée, puis mise sous presse avec des éléments végétaux. Ce procédé permet d’opérer une véritable fusion entre le vêtement et le végétal. Le résultat fait apparaître des visions d’une forêt universelle qui renvoie au mythe mais aussi à l’intime et à la question de la trace et de la mémoire.

20180531_121618
Série Forest – Eloïse van der Heyden

Mais l’exposition propose plus largement un environnement immersif : les œuvres imprimées sont entourées de dessins, d’aquarelles et de petites sculptures. J’ai particulièrement aimé m’y promener et flâner dans les deux salles de la galerie, comme dans un poème. L’harmonie entre les œuvres est totale, les formes se répondent, les couleurs subtiles parlent à notre imagination.

20180531_121936

Informations pratiques :

  • Galerie Catherine Putman, exposition Eloïse Van der Heyden du 25 mai au 13 juillet 2018
  • 40 rue Quincampoix, 75004 Paris
  • Du mardi au samedi, de 14h à 19h30 (et sur rendez-vous)

 

Galerie Collection

Dernière étape, la galerie Collection ! Cet espace fait partie du même réseau que le concept store Empreintes, car elle est la galerie des Ateliers d’Art de France, dont elle expose des œuvres. La galerie représente une vingtaine d’artistes par an, qui sont présentés successivement selon les saisons, à la fois à Paris et dans des salons internationaux (comme le Salon Collect de Londres ou encore Tokyo Art Fair). Elle contribue donc activement à donner aux métiers d’art français un statut mondial !

20180531_124607

La galerie propose des pièces contemporaines utilisant les matériaux les plus divers : métal, céramique, papier, bois ou verre soufflé… Il y a beaucoup d’objets, mais aussi des oeuvres murales. La saison 2 que j’ai pu découvrir est centrée sur le travail de la matière, avec des productions d’une grande force plastique et aux formes organiques. J’ai particulièrement aimé les céramiques exposées : les formes bleues pures d’Ingrid van Munster, recouvertes d’émail, et les fruits imaginaires de Kaori Kurihara. Au mur, on trouve aussi les étonnants panneaux d’ardoise et de nacre de Sylvie Guyomard, qui évoquent la dérive des plaques tectoniques ou les éruptions volcaniques…

 

La galerie fait aussi régulièrement évoluer sa scénographie, environ tous les deux mois. Il me faudra maintenant revenir pour découvrir la saison 3, qui commence le 9 juin !

Informations pratiques :

 

La nocturne des Jeudis Arty le 14 juin

Le jeudi 14 juin, la nocturne des Jeudis Arty réunira donc ces 4 galeries et une quinzaine d’autres, qui seront ouvertes de 18h à 22h. Les artistes et galeristes seront présents pour rencontrer le public, et dans certaines galeries des médiateurs de l’association seront présents pour vous parler des oeuvres. Vous pourrez aussi profiter de cocktails ou d’animations spécialement organisés pour la nocturne. Vous pouvez bien sûr flâner à votre guise dans les galeries participantes, mais si vous cherchez à être davantage guidé vous avez plusieurs options :

  • Un parcours libre « Explor’Arty » dans 4 galeries spécialement sélectionnées, avec remise d’un livret vous donnant des clés pour comprendre les oeuvres (8€)
  • Une visite surprise d’1h dans une galerie choisie par l’association et qui ne vous est révélée qu’à la dernière minute ! Vous pourrez échanger avec l’artiste et le galeriste (15€). Je serai médiatrice pour la visite à 19h, j’espère vous voir nombreux !
  • Une visite guidée de 2h dans 3 galeries autour d’un même thème, pour découvrir en profondeur le travail des artistes (25€)
  • La même visite guidée avec en plus un dîner dans un bon restaurant du Marais et une entrée dans un club privé (90€)

Les visites guidées ont toutes pour point de rendez-vous le Carreau du Temple (4 rue Eugène Spuller, 75003 Paris). Et ce n’est pas tout ! Au Carreau du Temple seront proposées 3 tables rondes d’1 heure, en présence d’acteurs du monde de l’art (artistes, collectionneurs, galeristes…). Enfin de 20h à 22h, un Art-Dating est organisé : plusieurs artistes seront présents pour échanger avec le public sur un format court (environ 20 minutes). Ces tables rondes et Art-Dating sont gratuits, n’hésitez donc pas à en profiter !

Pour avoir tous les détails, télécharger le programme complet et réserver, rendez-vous sur le site des Jeudis Arty.

8526b032b7.jpg

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s