Valparaiso, une ville 100% Street Art

Je reste dans le thème du Street Art après mon article sur mes 10 oeuvres préférées à Melbourne, pour vous parler aujourd’hui d’une ville tout à fait spéciale qui est restée mémorable pour moi : Valparaiso au Chili !

20170506_120018_Richtone(HDR)

Pour vous donner un peu de contexte, Valparaiso est la deuxième ville du pays, située sur la côte chilienne à la même latitude que la capitale Santiago (1h30 de voiture seulement séparent ces deux villes). Fondée au 16e siècle, l’importance de son port n’a fait qu’augmenter avec l’essor du commerce international, avec une apogée au 19e siècle.

carte chili
Carte du Chili

En effet à l’époque, pour accéder à l’Océan Pacifique les bateaux en provenance d’Europe n’avaient pas d’autre choix que de passer par le cap Horn, tout en bas du continent américain, puis de remonter le long de la côte chilienne. Valparaiso était donc une escale idéale pour ces marins épuisés par de longues semaines en mer. Inutile de dire qu’on s’en donnait à coeur joie dans le port ! Prostitution, alcool… étaient monnaie courante. Mais surtout, par la mer sont arrivés des immigrants de tous les pays, qui ont développé la ville et ses richesses architecturales. Tout cela prit fin avec la construction du canal de Panama en 1914. Plus besoin alors de s’aventurer tout au Sud de la planète, et surtout plus besoin de passer par Valparaiso… C’est à partir de là que le port a commencé à décliner.

20170505_152212_Richtone(HDR)
Le port de Valparaiso

Revenons maintenant au coeur de mon sujet, le Street Art ! On en voit absolument partout en se baladant dans les rues de Valparaiso, le Street Art fait partie intégrante de la culture de la ville. Valpo a même abrité en 2010 le premier « Graffiti Festival » d’Amérique Latine. Impossible donc pour les habitants de garder leurs murs vierges de graffitis, à moins de les repeindre en permanence. A mon avis, mieux vaut s’entendre avec un artiste qu’on apprécie pour avoir une belle oeuvre sur sa façade !

20170506_113644_Richtone(HDR)
Le propriétaire de la maison orange a bien de la patience !
20170506_100746_Richtone(HDR)
Oeuvre « façon Van Gogh » commandée par une auberge de jeunesse au groupe d’artistes Vida En Gravita

Mais pour le découvrir plus en profondeur, j’ai suivi la visite guidée « GraFREEti » de Valpo Street Art Tours. C’est un tour qui fonctionne sur le principe des pourboires : pas de prix fixe, on donne ce qu’on veut au guide à la fin du tour selon notre niveau de satisfaction. Cette visite s’est avérée passionnante, je vous la recommande chaleureusement ! Grâce à elle, j’ai pu mieux comprendre les fondements du Street Art et apprendre à reconnaître les artistes principaux des rues de la ville.

20170505_170123_Richtone(HDR)

Pour commencer, il faut distinguer tags, graffitis et peintures murales. Les tags consistent simplement à apposer son nom ou surnom partout dans la ville pour laisser sa trace. Le graffiti est plus évolué, même lorsqu’il ne s’agit que d’une inscription rapide à réaliser (un aplat de couleur et une ligne noire de contour).

20170506_104940_Richtone(HDR)
Graffitis « bubble » sur les murs de Valpo

Certains artistes vont plus loin et montrent leur personnalité en représentant un sujet (et non plus juste des lettres), comme celle ci-dessous que j’ai trouvée plutôt marrante.

20170506_105426_Richtone(HDR)

Quand le graffiti se transforme en véritable oeuvre picturale, on peut alors parler de peinture ou fresque murale Street Art. Ces oeuvres sont de plus en plus élaborées pour émerveiller le passant… et elles sont légion à Valpo ! Contrairement à ce qu’on pourrait croire, ce genre artistique n’est pas né aux Etats-Unis mais bien en Italie, comme nouveau moyen de protestation politique. Ce n’est que plus tard qu’il est arrivé à Philadelphie, dans les années 60. Au Chili, le Street Art s’est développé pendant la période de dictature de Pinochet (de 1973 à 1990). C’était une façon de se rebeller contre le couvre-feu imposé par les militaires.

20170505_173243_Richtone(HDR)

Aujourd’hui, les artistes qui réalisent des peintures murales arrivent parfois à vivre de leur art : pour se faire connaître, ils produisent des oeuvres au style unique (comme une signature !) dans tous les recoins de la ville, de colline en colline. Car particularité étonnante de la ville, elle est composée de pas moins de 42 collines (à côté, les 7 collines de Rome font pâle figure !). Seuls 10% de la population habitent sur la partie plane du bas, où se concentre l’activité marchande. Autant dire qu’il est plus que compliqué de remonter avec ses courses quand on habite dans l’une des collines les plus en hauteur ! Heureusement, la ville a installé quelques ascenseurs pour faciliter la vie de la population.

20170510_110333_Richtone(HDR)
Vue sur Valparaiso
20170509_120545_Richtone(HDR)
Vue sur Valparaiso
20170505_160646_Richtone(HDR)
Vue depuis l’un des ascenseurs de la ville

La première oeuvre qui m’a marquée semble tout droit sortie d’un dessin animé de Miyazaki : une créature aux jambes humaines mais au torse et à la tête de poisson. Elle évoque en fait les pêcheurs de l’île natale de l’artiste, Chiloé, au sud du Chili. Le personnage a des trous dans les pieds qui rappellent Jésus crucifié, pour alerter sur le sort de ces pêcheurs sacrifiés par les grandes compagnies multinationales. Un message politique frappant pour qui sait le décrypter !

20170506_104957_Richtone(HDR)
L’homme-poisson de l’île de Chiloé

L’artiste Crudo transmet également un message politique anticapitaliste dans ses oeuvres. Sa tête de vache reproduite 5 fois, affublée d’un costume, d’un logo McDo ou encore d’oreilles de Mickey dénonce le matraquage de la publicité et des marques américaines qui nous transforment en consommateurs déshumanisés. C’est aussi une façon de défendre les petits commerces locaux, ce qui semble avoir réussi car il n’y a pas de McDo à Valpo !

20170506_111719_Richtone(HDR)
Oeuvre de Crudo « 6h40 Se réveiller ; 8h30 Travailler ; 12h Manger de la merde »
20170506_111056_Richtone(HDR)
Oeuvre de Crudo « 6h50 Consommer ; 9h15 Se divertir » « Acheter le rêve Gringo c’est Rock&Roll »

L’artiste que j’ai découverte ensuite, Anis, peint des personnages féminins avec un dégradé de couleurs sur le visage. Elle évoque ainsi le coucher de soleil, c’est magnifique ! Une oeuvre comme celle ci-dessous met environ deux semaines pour être réalisée et coûte cher en matériel… Il est certain qu’Anis a trouvé des sponsors pour la soutenir.

20170506_110741_Richtone(HDR)
Anis et ses oeuvres arc-en-ciel

Je vous présente maintenant le couple d’artistes le plus célèbre de Valpo : Un Color Distinto ! On retrouve partout dans la ville leurs oeuvres qui représentent toujours un homme et une femme avec ce style si reconnaissable. Ils sont d’ailleurs les auteurs de la plus grande oeuvre Street Art du pays.

20170506_112658_Richtone(HDR)
Les personnages d’Un Color Distinto
20170506_121011_Richtone(HDR)
Une dame à sa fenêtre interpelle notre guide qui lui explique que nous faisons un tour guidé du Street Art de la ville… et elle nous propose d’utiliser ses toilettes si besoin ! Vraiment sympa !

La fresque ci-dessous est inspirée d’un fait divers ayant eu lieu au 19e siècle à Valparaiso : alors que le premier cimetière pour les habitants les plus riches venait d’être construit, un tremblement de terre l’a ébranlé et fait tomber les cercueils et leurs pensionnaires sur le toit des maisons en-dessous. Le résultat : de nouveaux morts parmi les morts… Une tragédie dont les artistes n’ont pas manqué de saisir l’ironie.

20170506_112123_Richtone(HDR)
Fresque d’Un Color Distinto

En levant la tête de l’autre côté de la rue, on peut apercevoir Luz, l’oeuvre gigantesque de l’équipe d’artistes Vida en Gravita. La femme représentée a des mandalas au niveau du ventre, pour symboliser une forme d’énergie intense… Car elle est sur le point de donner la vie ! Cette oeuvre est particulièrement impressionnante car elle s’étend sur plusieurs bâtiments pour apparaître en 3 dimensions et pouvoir être regardée depuis différents points de vue. Une incroyable maîtrise !

20170506_112345_Richtone(HDR).jpg
Luz de Vida En Gravita

Et ce ne sont pas les seuls artistes à utiliser au maximum le mobilier urbain à leur disposition. La fresque cubiste de Painters intègre la couleur de son mur-support sans la recouvrir, pour mieux se fondre dans le décor. Plus loin, un portrait de femme nue utilise le mur et les fenêtres de la maison comme parties de l’oeuvre.

20170505_163730_Richtone(HDR)
Fresque de Painters

20170506_113738_Richtone(HDR)

Un thème important pour les Street artists est celui des origines, des peuples indigènes de leur pays. Lalio Mutay, artiste majeur, représente souvent des Mapuches, ces « gens de la terre » vivant au sud du Chili. Sa façon de représenter une seule ligne continue pour le nez et les sourcils de ses personnages est particulièrement caractéristique, c’est une vrai jeu d’essayer de les retrouver dans la ville !

20170506_114655_Richtone(HDR)
Les Mapuches de Lalio Mutay
20170506_114509
Les Mapuches de Lalio Mutay
20170506_114149_Richtone(HDR)
Les Mapuches de Lalio Mutay

Mais l’artiste le plus célèbre qui met à l’honneur les peuples aborigènes d’Amérique Latine est Inti. Il est aujourd’hui connu dans le monde entier ! Dans sa fresque géante, qui a mis plus d’un mois à être réalisée, il pare ses personnages des vêtements et colliers traditionnels. C’est d’ailleurs en fait une oeuvre collective à laquelle d’autres artistes ont contribué – un grand moment de communion artistique à grande échelle !

20170505_164432_Richtone(HDR)
La fresque d’Inti, en bas de la photo, réalisée avec d’autres artistes

Mais voici l’oeuvre la plus connue de la ville : l’escalier en marches de piano. Un peu dommage que les brochures touristiques la retiennent comme symbole de la ville, car si l’idée est sympa, sa réalisation ne demande pas un grand talent artistique…

20170506_121656_Richtone(HDR)

Je préfère finir cet article en vous montrant les étranges et fascinantes créatures de l’océan sorties de l’imagination intarissable de l’artiste Cuelli Mangui.

20170505_164228_Richtone(HDR)
L’homme qui souffle sur les créatures marines de Cuelli Mangui !

J’espère vous avoir convaincus que Valparaiso est une ville fascinante, où l’on peut découvrir des oeuvres incroyables au détour d’une rue, au fond d’une allée ou en levant les yeux sur le mur d’un immeuble. C’est un plaisir de s’y perdre et d’être sans cesse surpris par une nouvelle découverte. Et quand on connaît quelques artistes, on peut facilement jouer à les retrouver au gré d’une balade !

20170506_120009_Richtone(HDR)
Ai-je mentionné que dans toute la ville se baladent des chiens adorables auxquels il est difficile de ne pas s’attacher ?

 

2 réflexions sur “Valparaiso, une ville 100% Street Art

  1. Le Chili, mon plus beau voyage. Il y a trop longtemps… Je n’avais pas encore mes appareils photos à cette époque, mais la beauté de Valparaiso m’avait donné l’impression d’être le héro d’un roman d’aventure.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s