L’île de Pâques, terre de mystères à la culture énigmatique

L’île de Pâques et ses statues m’ont toujours fait rêver. Un petit bout de terre à l’autre bout du monde, territoire d’une brillante civilisation capable d’ériger les énormes têtes de pierre que nous avons tous vues en photo ou à la télé — avec des moyens qui restent encore mystérieux aujourd’hui !

20170430_091053_Richtone(HDR)
Lever de soleil sur les 15 Moais de l’Ahu Tongariki

Les 5 jours que j’ai passés sur cette île si unique ont dépassé mes espérances et restent comme une parenthèse à part de mon voyage autour du monde. Je voulais avant tout mieux comprendre la culture et l’histoire des Rapanuis (habitants de l’île de Rapa Nui, nom local de l’île de Pâques), c’est mission réussie ! Je vais partager avec vous ce que j’ai retenu de mon exploration de cette île dont l’âme ne peut que toucher les visiteurs.

Carte-Ile-de-Pâques-2
Carte de l’île de Pâques avec les principaux sites à visiter

Les origines

Les études ont montré que les Rapanuis sont arrivés des îles Marquises ou des Gambier en Polynésie, entre 800 et 1200 (après JC). Décidément, après avoir visité la Nouvelle-Zélande dont les habitants viennent aussi de Polynésie, et passé quelques jours à Tahiti, la cohérence de mon voyage est totale !

Schéma migrations
En rouge pâle, vous pouvez voir le « triangle » des migrations polynésiennes vers l’île de Pâques, la Nouvelle-Zélande et Hawaï

Selon la légende, le roi Hotu Matua vivait à l’origine sur l’île polynésienne d’Hiva, alors en proie au chaos. Un matin, le grand prêtre du royaume vient raconter au roi son rêve incroyable : une île inconnue et paradisiaque lui serait apparue, comme le signe que cette terre serait parfaite pour accueillir son peuple et repartir à zéro. Or le grand prêtre est un personnage au « mana » (force, pouvoir surnaturel) puissant : il est capable de séparer son âme de son corps pour voyager à travers l’espace ! Dans ce rêve, c’est donc son âme elle-même qui a perçu l’existence de l’île de Rapa Nui…

Le roi s’empresse donc d’envoyer des éclaireurs rechercher cette île providentielle, déterminer le meilleur lieu pour y accoster et préparer l’arrivée du roi. Plus de 2000 kms à parcourir à travers l’océan, rien que cela ! C’est ainsi que le roi débarque quelques temps plus tard sur la plage d’Anakena, au Nord de l’île, et y construit son palais.

20170429_140005_Richtone(HDR)
Le mythique rocher de Te Pito Kura, qui aurait été ramené par le roi Hotu Matua de l’île d’Hiva. Il a été prouvé que ce rocher est magnétique (c’est une exception sur l’île). Les anciens Rapanuis avaient-ils détecté le caractère spécial de cette roche ?

Aujourd’hui, Anakena est un magnifique site à découvrir. Sa plage de rêve aux eaux turquoises et ses cocotiers servent de décor à la plateforme cérémonielle où trônent les statues – ou Moais – les mieux conservés de l’île (grâce à leur enfouissement dans le sable). Les détails des trous des yeux, de la mâchoire et des pommettes saillantes sont particulièrement bien visibles.

 

20170429_143118_Richtone(HDR)
La platefore Ahu d’Anakena
20170429_145237_Richtone(HDR)
La plage d’Anakena

La civilisation des Moais

Mais pourquoi et comment ces Moais ont-ils été sculptés par ce peuple isolé et dépourvu de tout moyen moderne ? Les Moais sont avant tout un outil pour faire perdurer le mana des chefs Rapanuis. Ces dirigeants étaient enterrés dans une plateforme funéraire « Ahu » et rejoignaient alors les esprits des ancêtres illustres de leur tribu. La plateforme était ensuite surplombé des Moais, gardiens de leur mana. Or on a retrouvé sur l’île un Moai au cou orné d’un dessin qui lui donne un caractère « individuel », ce qui semble confirmer que chaque Moai représentait une personne réelle.

20170426_130631_Richtone(HDR)
Moai solitaire d’Huri A Urenga

Même si les yeux des Moais ont presque tous disparu, à l’origine ils en avaient tous car le pouvoir du mana de l’ancêtre s’exprime à travers les yeux du Moai. Il peut ainsi agir sur le monde des vivants. D’ailleurs contrairement à ce que l’on peut croire, les Moais ne regardent pas vers la mer mais bien vers le village d’origine des chefs dont ils gardent le mana. Cela leur permet de veiller sur leur tribu et de la protéger.

20170426_091116
Moai « reconstitué » à Hanga Roa, le village principal de l’île
DCIM102GOPROGOPR2587.JPG
Oeil original de Moai conservé au musée d’Hanga Roa

Les habitants de l’île ont construit ces statues de 1000 à 1600 après JC environ. Elles ne sont donc pas si vieilles que cela ! Tout commence dans la carrière de Rano Raraku, où sont taillés 100% des Moais de l’île. On peut y voir aujourd’hui pas moins de 397 Moais à différents stades d’avancement, sur 887 Moais connus. Il semblerait que les tailleurs de pierre aient formé une congrégation, séparée des autres tribus de l’île auxquelles ils vendaient leurs statues en échange d’autres biens.

20170429_113454_Richtone(HDR)20170429_113757_Richtone(HDR)20170429_115816_Richtone(HDR)

Les Moais étaient taillés à même une roche volcanique plutôt légère (même si bien sûr les Moais terminés pèsent quand même plusieurs tonnes) et facile à tailler à l’aide d’autres roches plus dures. La réalisation d’une statue prenait probablement entre 3 mois et 1 an, selon la période concernée ; car avec le temps, les Moais sont devenus de plus en plus grands et ont été de plus en plus finement taillés.

DCIM102GOPROGOPR2582.JPG
Schéma de la taille des Moais au musée d’Hanga Roa
20170429_114627_Richtone(HDR)
Le plus grand Moai inachevé de Rano Raraku : il mesure pas moins de 21 mètres !

Une fois sculptés, les Moais étaient transportés jusqu’à leur plateforme d’accueil. La technique de transport fait l’objet de multiples hypothèses, sans que personne ne puisse en prouver aucune. La plus probable semble être que les Moais étaient attachés à une sorte de traîneau en bois puis traînés sur des rouleaux.

20170429_125920_Richtone(HDR)
Les 15 Moais de l’Ahu Tongariki en place sur leur plateforme

Certains Moais portent également des sortes de chapeaux de pierre rouge. Mais ce sont en réalité leurs cheveux ! A l’époque, les hommes portaient les cheveux longs et enroulés en chignon sur le sommet de leur tête. Ces coiffes appelées « pukao » étaient taillées dans une autre carrière, Puna Pau. Elles étaient disposés sur la tête des Moais une fois ceux-ci en place sur leur plateforme.

20170426_121534_Richtone(HDR)
Pukao inachevés dans la carrière de Puna Pau
20170426_124045_Richtone(HDR)
Vue de la carrière de Puna Pau
20170426_121818_Richtone(HDR)
Schéma de la pose du pukao sur la tête du Moai (site de Puna Pau)

 

La fin des Moais et la compétition de l’homme-oiseau

Qu’a t-il bien pu se passe pour que les Rapanuis décident tout à coup, à partir du 17e siècle, de renverser tous leurs Moais si péniblement érigés (tous les Moais debout sur l’île aujourd’hui ont été redressés par les archéologues) ? Il est certain que la construction de plus en plus de Moais, toujours plus grands, a été une pression énorme sur les ressources de l’île, notamment le bois utilisé pour le transport. La pénurie de ressources a pu générer des guerres entre tribus, qui auraient alors renversé les Moais de leurs ennemis (pour les priver de la protection du mana de leurs ancêtres).

20170427_185307_Richtone(HDR)
Moais renversés face contre terre
20170429_105608_Richtone(HDR)
Et qu’en est-il de ce Moai renversé face vers le haut ? On suppose que le responsable est cette fois un tremblement de terre. Mais selon la légende, les fils d’une sorcière seraient partis à la pêche et auraient dévoré tous les homards pêchés, sans en garder pour leur mère. La sorcière, furieuse, aurait piqué une colère telle qu’elle aurait renversé tous les Moais sur son passage… A vous de choisir votre version 🙂

Ou alors, les Rapanuis ont pu tout simplement perdre la foi dans leurs dieux-ancêtres. Les premiers contacts avec les Européens dans les années 1770 ont également pu jouer un rôle dans ce déséquilibre de la société Rapa Nui. En tout cas, si l’on rend souvent les Rapanuis seuls responsables de l’épuisement des ressources de l’île, d’autres facteurs doivent être pris en compte : des rats ramenés de Polynésie auraient notamment pu causer des dommages irréparables à l’écosystème de l’île.

20170426_111842_Richtone(HDR)
Ces statuettes squelettiques représenteraient les habitants de l’île affamés par le manque de ressources alimentaires

Avec la progressive dissolution du culte des Moais, à partir du 17e siècle une caste de guerriers a pris le pouvoir sur l’île. Ils ont instauré un système électoral plutôt spécial : chaque année, c’est une compétition sportive appelée « l’homme-oiseau » qui décidait du nouveau chef pour l’année à venir !

20170428_152052_Richtone(HDR)
Vue sur le cratère de Rano Kau, d’où partaient les candidats au titre d’homme-oiseau

Je vous explique : tous les ans à l’été, chaque tribu choisissait son champion pour disputer la compétition. Le mois de septembre arrivé, la compétition était lancée : chaque élu devait descendre la falaise d’Orongo au Sud-Ouest de l’île, nager jusqu’à la petite île d’en face et récupérer un oeuf de l’oiseau manutara (une sterne qui pond ses oeufs en septembre et qui avait élu domicile sur ce bout d’île). Le compétiteur devait ensuite revenir à la nage, remonter la falaise et être le premier à présenter son oeuf intact aux chefs de clans réunis. Son chef devenait alors roi, et lui-même était honoré par sa communauté (et récompensé par une jeune fille vierge de 12 ans — je ne suis pas une grande fan de cette coutume-là !).

20170428_155211
Vue sur les îles que les compétiteurs devaient atteindre pour aller chercher le précieux oeuf (le premier rocher servait de pause dans la course à la nage)

La visite du village d’Orongo et du cratère de Rano Kau d’où partaient les compétiteurs est particulièrement impressionnante et nous plonge vraiment dans ce culte étrange de l’homme-oiseau !

20170428_160321_Richtone(HDR)
Les maisons où étaient logés les élites des clans qui faisaient office de juges de la compétition
20170428_152524_Richtone(HDR)
Pétroglyphe (rocher gravé) représentant l’homme-oiseau

 

Croyances et vie sur l’île aujourd’hui

Aujourd’hui, 3000 à 4000 Rapanuis vivent sur l’île. C’est un miracle que leur culture ait survécu tout ce temps car dans les années 1862-1866, des marchands péruviens ont débarqué sur l’île et réduit ses habitants en esclavage. Des 1500 Rapanuis capturés, seuls 15 survivront au voyage forcé pour les emmener au Pérou. Renvoyés sur l’île, ils ont transmis des maladies aux autres insulaires, réduisant la population à 111 personnes seulement en 1877 (contre 12000 à l’apogée des Moais !). Heureusement aujourd’hui la situation s’est améliorée et les conditions de vie sur l’île sont plutôt bonnes (il y a même trois écoles et un lycée).

20170426_073053
Port du village d’Hanga Roa
20170426_073044
Moai du village d’Hanga Roa

Il est surprenant de voir que les anciennes croyances perdurent encore de nos jours, notamment concernant les esprits. Si vous dites un mensonge par exemple, ne vous étonnez pas de trébucher ou de vous faire mal ensuite : c’est un esprit qui vous punit ! Par contre, on a malheureusement perdu la faculté de lire les tablettes Rongo-Rongo, couvertes d’inscriptions dans l’ancien langage de l’île. Si vous vous sentez l’âme d’un Champollion, n’hésitez pas à vous essayer au déchiffrage !

 

20170426_114040_Richtone(HDR)
Tablette Rongo-Rongo au musée d’Hanga Roa

Les danses et chants traditionnels sont également toujours à l’honneur sur Rapa Nui : j’ai pu assister au spectacle de la troupe Kari-Kari, très très impressionnant ! Logiquement, il m’a rappelé les danses des maoris néo-zélandais, qui ont les mêmes ancêtres polynésiens.

20170429_21000320170429_21083620170429_212431

L’île de Pâques est ainsi tellement riche en découvertes, au coeur d’une civilisation qui a réussi à survivre malgré les épreuves les plus difficiles et qui continue à faire vivre sa culture. Quelques jours sur l’île suffisent à créer des souvenirs inoubliables pour le voyageur !

20170430_115715_Richtone(HDR)
Vue depuis le Mont Terevada, le point culminant de l’île !
20170426_152802_LLS
Coucher de soleil sur les Moais de Tahai

2 réflexions sur “L’île de Pâques, terre de mystères à la culture énigmatique

    1. Bonjour Justine, je suis ravie que mon article vous soit utile ! N’hésitez pas à me contacter si vous avez besoin de plus d’informations sur l’île de Pâques. En tout cas c’est une superbe destination qui vaut vraiment la peine 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s