Stubbs, Géricault, Degas : peindre les courses à Chantilly

Le somptueux château de Chantilly, entouré de son parc aux vastes bassins, est situé à seulement 40 km de Paris. Il abrite le prestigieux musée de Condé, lieu de conservation des collections du duc d’Aumale (fils du roi Louis-Philippe). On y trouve un ensemble exceptionnel de peintures anciennes du XVe au XIXe siècle (des Raphaël, des Fra Angelico, des Watteau, des Poussin… !) mais aussi des objets d’art, des photographies anciennes, des estampes et des dessins. D’ailleurs depuis début 2017, un cabinet d’arts graphiques a ouvert dans le château, pour faire découvrir de merveilleuses pièces rarement montrées au public.

20180614_101056
La vue en arrivant au Château de Chantilly !

Chantilly, c’est aussi la ville des courses hippiques : avec son hippodrome et ses écuries de course, elle peut se permettre d’accueillir des grands prix et a même son musée du Cheval ! Rien d’étonnant donc à ce que l’exposition en cours au musée de Condé jusqu’au 14 octobre ait pour thème « Peindre les courses », autour de 3 grandes figures de la peinture équestre : Stubbs, Géricault et Degas.

20180614_124116 (2)
Vue de l’exposition « Peindre les courses »

La découverte du travail de Théodore Géricault (1791-1824), passionné d’équitation et parfois qualifié de « peintre du cheval », est complétée par une exposition de ses très belles gravures et dessins au cabinet d’arts graphiques. La présence d’Edgar Degas (1834-1917) étonne davantage, mais le thème des courses équestres est pourtant au cœur de sa rivalité avec Manet. Quant à George Stubbs (1724-1806), peintre anglais dit « de sport » qui précède les deux autres, il est plus méconnu mais mérite d’être associé à ces deux grands noms qu’il a d’ailleurs inspirés.

20180614_112508
Couloir menant au cabinet d’arts graphiques

L’exposition « Peindre les courses : Stubbs, Géricault, Degas »

Le genre de la peinture de courses

L’exposition présentée au Jeu de Paume s’ouvre par une salle hommage à Stubbs, véritable portraitiste de chevaux. Ce genre se développe en Angleterre dès le XVIIe siècle, où les courses sont déjà en vogue. Les peintres français regardent beaucoup le travail de leurs voisins, non seulement par admiration pour leur technique mais aussi par stratégie commerciale. Plus habitués aux sujets modernes, à une époque où le goût français se porte encore sur la peinture d’histoire académique, les Anglais sont les parfaits clients pour leurs œuvres novatrices.

20180614_114720
George Stubbs, Portrait d’Assheton, Ier vicomte Curzon, avec sa jument Maria devant le château d’Hagley Hall (Staffordshire) (Musée du Louvre)

En France, la course hippique devient à la mode seulement au XVIIIe siècle. D’abord loisir des Princes, Louis XVI commence à l’institutionnaliser avec l’ouverture du 1er hippodrome des Sablons. Mais c’est au XIXe que les courses s’organisent véritablement : d’abord autour de Chantilly, dont l’hippodrome est le premier à pouvoir rivaliser avec les anglais à partir de 1834, puis avec l’hippodrome de Longchamp en 1857.

20180614_124212
Eugène Lami, Course à Chantilly (1839)

Le premier grand tableau de courses est Le Derby de 1821 à Epsom de Géricault. Hésitant entre inspiration antique et ancrage dans la vie moderne, il dégage une impression d’intemporalité. Les 4 chevaux foncent ventre-à-terre dans un galop « volant » très étonnant. Dans les années 1860, alors que Géricault est véritablement reconnu et prend place au Louvre, le jeune Degas regarde son œuvre. Il est frappé par la puissance des pur-sang qui écument, la violence de leur mouvement, la pression de la foule emmenée avec eux…

Jean_Louis_Théodore_Géricault_001
Théodore Géricault, Le Derby de 1821 à Epsom (1821)

Invité chez des amis collectionneurs habitant près d’un haras, Degas découvre les champs de courses provinciales. Il introduit de plus en plus ce thème dans ses œuvres, mais Manet le fait également ! Les deux artistes se disputent la paternité de la nouvelle peinture « de la vie moderne ». Leur approche est en tout cas très différente : la vision distanciée et calme de Degas, où chaque spectateur est individualisé, tranche avec les œuvres tumultueuses de Manet, où les personnages s’entremêlent au passage des chevaux au galop fulgurant.

20180614_124417 (2)
Edgar Degas, Le Défilé ou Chevaux de course, devant les tribunes (1866-1868)
20180614_123218 (2)
Edouard Manet, Les Courses (1884)

La question du cheval au galop

Comment représenter un cheval au galop, comment exprimer la sensation de vitesse qu’il dégage ? Cette question préoccupe nombre d’artistes aux XVIIIe et XIXe siècles. Stubbs est l’un des premiers à libérer l’animal : il le détache du sol, l’allonge, le fait presque voler.

20180614_124141
Mills, Course de chevaux au Champ-de-Mars (1824)

Pourtant, l’invention de la photographie prouvera que la position représentée (les 4 fers en l’air, étirés presque à l’horizontale) est complètement irréaliste. Alors que le galop est impossible à observer à l’œil nu, les expériences photographiques du français Etienne-Jules Marey puis de l’anglais Eadweard Muybridge permettent de découper ce mouvement en différentes poses successives. Muybridge imagine un ingénieux dispositif d’obturateurs dont le déclencheur est relié à des fils : à son passage, le cheval coupe les fils et déclenche les prises de vue.

20180614_123635
Etienne-Jules Marey, Locomotion du cheval (vers 1894)
20180614_123937
Eadweard Muybridge, Animal Locomotion (1887)

Mais paradoxalement, la posture réelle révélée paraît tellement plus figée que la posture inventée… Loin d’être anecdotique, la question est cruciale : qui doit gagner, la science ou la peinture ? Les artistes répondent clairement en revenant à des positions aberrantes mais si expressives : la peinture triomphe ! Rodin ne disait-il pas lui-même que la photographie ment, c’est l’artiste qui a raison ?

 

Les lithographies de Géricault au cabinet d’arts graphiques du musée Condé

Les 5 salles du cabinet d’arts graphiques, anciennes chambres d’invités du château, plongent le visiteur dans une atmosphère tamisée et un peu mystérieuse, spécialement conçue pour une appréciation des œuvres dans les meilleures conditions. L’exposition en cours réunit 40 lithographies et 3 dessins de Théodore Géricault (choisies parmi les quelques 100 gravures de l’artistes conservées au musée, soit la quasi-totalité de son œuvre gravée !).

20180614_111513
Vue du cabinet d’arts graphiques

 

Une formation classique

Géricault est né à Rouen en 1791, dans une famille bourgeoise plutôt aisée qui déménage bientôt à Paris. Après une première formation auprès du peintre Carl Vernet, où il se lie d’amitié avec son fils Horace (qui deviendra le peintre du roi Louis Philippe !), il étudie chez le néoclassique Pierre-Narcisse Guérin, aux méthodes plus académiques. Celui-ci l’envoie au Louvre copier les maîtres italiens : Titien ou Raphaël inspireront fortement le jeune Théodore.

Théodore_géricault,_corazziere_ferito_che_abbandona_il_fuoco,_ante_1814,_01
Théodore Géricault, Cuirassier blessé quittant le feu (1814) – Source Wikipédia

Elève à l’Ecole des Beaux-Arts, Géricault a du succès au Salon de peinture officiel dans les années 1812-1814 (notamment avec son Cuirassier blessé quittant le feu, aujourd’hui au Louvre) mais échoue au Prix de Rome en 1816. Qu’à cela ne tienne, il part à ses propres frais en Italie, où il produira beaucoup de gravures.

20180614_111456 (2)
Léon Cogniet, Portrait de Géricault malade au bonnet grec

Sujets contemporains et critique sociale

Géricault réalise sa première gravure à Rome, déjà sur le thème d’une course de chevaux sauvages. L’Italie le marquera beaucoup, même s’il y est très isolé : il se consacre surtout à son travail, seul. Son originalité est d’associer traitement à l’antique et sujets de la vie réelle contemporaine.

20180614_112238 (2)
Théodore Géricault, Cheval que l’on ferre (1823)

Il le prouve avec son célébrissime Radeau de La Méduse, au succès d’abord mitigé. Inspiré d’un fait divers qui avait fait grand bruit, il représente les rares survivants du naufrage de la frégate « La Méduse » sur leur radeau de fortune, entourés des cadavres de leurs amis. La Monarchie restaurée est tenue pour responsable du désastre, pour avoir nommé capitaine un proche du pouvoir malgré son incompétence. C’est donc un véritable choix politique du peintre, qui ne s’arrête pas là : il représente un personnage noir au-dessus de tous les autres, affirmant ses opinions anti-esclavagistes.

JEAN_LOUIS_THÉODORE_GÉRICAULT_-_La_Balsa_de_la_Medusa_(Museo_del_Louvre,_1818-19).jpg
Théodore Géricault, Le Radeau de La Méduse (1818-1819)

Géricault continue sa critique sociale avec ce Factionnaire Suisse au Louvre (1819), encore inspiré d’une anecdote réelle : se voyant refuser l’entrée au Louvre, le factionnaire doit ouvrir sa veste pour montrer sa Légion d’Honneur. Derrière lui, Géricault représente des personnages symbolisant les différentes classes sociales (étudiant, ouvrier, bourgeois). Dans d’autres œuvres, il dénonce aussi bien les terribles ravages des campagnes napoléoniennes (Retour de Russie) que le racisme qui imprègne la société sous la Restauration (Mameluk de la Garde Impériale défendant un trompette blessé contre un cosaque).

Au fil des œuvres, sa technique de gravure évolue. Pour ses Boxeurs de 1818, il utilise déjà la lithographie à la plume pour faire ressortir les nuances de noir. Peu à peu, ses gravures deviennent de plus en plus raffinées, et sa technique parfaite s’exprime par exemple avec Le cheval mort (1823).

20180614_111352
Théodore Géricault, Boxeurs (1818)

 

Du Réalisme au Romantisme

Géricault habite plus d’un an à Londres, où il est frappé par la ville industrielle et la difficulté d’y vivre. Il immortalise aussi bien les mineurs que les joueurs de cornemuse (The piper), ou les laissés-pour-compte (Paralytic woman). Dans Entrée du quai des Adelphi, qui dépeint des chevaux de trait sur les quais, il montre sa virtuosité dans le raccourci des croupes et le détachement du blanc sur fond sombre. Ce type de scène très réaliste le rapproche d’un Courbet.

20180614_110609 (2)
Théodore Géricault, Pity the sorrows of a poor old Man ! (1821)
20180614_110928 (2)
Théodore Géricault, Entrance to the Adelphi Wharf (1821)

Après le succès du Radeau à Londres, le travail de Géricault évolue vers des sujets plus pittoresques, voire exotiques. Il représente des scènes orientalisantes, comme cet arabe fumant le narguilé, mais s’intéresse toujours à la politique. Comme les autres artistes de cette génération qui seront plus tard appelés « Romantiques », il se passionne pour la guerre d’indépendance de la Grèce face à l’oppresseur ottoman. Les thèmes littéraires apparaissent aussi dans son œuvre, comme dans Mazeppa, inspiré d’un poème de Lord Byron (un noble ukrainien est attaché à un cheval pour avoir eu une liaison avec une femme mariée).

20180614_112306 (2)
Théodore Géricault, Jument égyptienne (1822)

Réputé pour ses excès (il aurait fui à Rome pour éviter le scandale causé par sa relation avec la femme de son oncle !), Géricault meurt à à peine 32 ans, officiellement d’un accident de cheval, mais peut-être de la syphilis. Sa carrière d’artiste aura duré seulement 15 ans !

20180614_111414
Vue des lithographies de Géricault

 

Les deux expositions du Domaine de Chantilly sont donc très complémentaires. Alors que le thème de l’exposition « Peindre les courses » paraît anodin, il est l’occasion d’une réflexion profonde sur l’histoire de la peinture et sur ses rapports avec la photographie. À travers le loisir des courses hippiques, c’est aussi la peinture de toute une société qui s’ouvre à la modernité. La représentation de nouveaux sujets de la réalité contemporaine marque un tournant dans l’histoire de l’art, qui ne reviendra plus en arrière.
Quant à l’exposition sur Géricault au cabinet des arts graphiques, elle permet d’élargir notre vision du maître à travers son œuvre gravée. Entre réalisme et romantisme, on redécouvre un peintre engagé, qui porte un regard critique sur la société de son temps et n’hésite pas à malmener les puissants.

20180614_111135
Théodore Géricault, Le marchand de poissons endormi (1820)

Les deux expositions sont à découvrir absolument jusqu’au 14 octobre 2018. Voici toutes les informations pour vous y rendre facilement :

Comment venir ?

  • En voiture, par l’autoroute A3/A1, sortie « Chantilly » (à 40 km de Paris-centre)
  • En TER (25 min depuis Gare du Nord) ou en RER D (45 min depuis Paris Nord) jusqu’à la gare de Chantilly-Gouvieux, puis 20 minutes à pied ou 5 minutes en bus / taxi

Informations pratiques :

  • Château de Chantilly, 60500 Chantilly
  • Ouverture en haute saison (de fin mars à fin octobre) : tous les jours, 10h-18h (20h pour le parc)
  • Ouverture en basse saison (de fin octobre à fin mars) : tous les jours sauf mardi, 10h30-17h (18h pour le parc)
  • Tarif : 17€/10€ en tarif réduit pour le Domaine, 8€/5€ pour le Parc seulement (détails ici)
  • A savoir : offre spéciale pour venir en TER, avec le billet de train aller-retour (valable 72h) + un accès à l’ensemble du Domaine (valable 1 journée) pour seulement 25€
20180614_112921
Vue du château de Chantilly

2 réflexions sur “Stubbs, Géricault, Degas : peindre les courses à Chantilly

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s